Islam : Déviance judéo-chrétienne ou imposture historique ?


Pour découvrir le grand secret de l’islam, son imposture historique et la vérité sur ses origines véritables, il convient de s’intéresser à l’Histoire, au Coran et à la biographie islamique de Mahomet. Les différentes recherches conduisent à devoir constater que l’islam est le résultat d’un processus très long et très complexe de réécriture de l’Histoire, s’enracinant dans des croyances juives et chrétiennes dévoyées, et manipulé par les califes pour satisfaire leurs visées de domination politique.

Qui sont les judéo-nazaréens, ancêtres des musulmans ?

brooklyn_museum_-_reconstruction_of_jerusalem_and_the_temple_of_herod_rc3a9constitution_de_jc3a9rusalem_et_du_temple_dhc3a9rode_-_james_tissotLes travaux historiques ont permis de mieux comprendre l’influence de ce groupe dès la fin du premier siècle, dans des milieux et sous des formes très diverses. Groupe ethniquement juif (et de langue araméenne, comme les Hébreux), il s’est accaparé l’appellation de « nazaréen » (donc « judéonazaréen »). Ces judéonazaréens se considèrent comme les Juifs véritables et comme les seuls vrais disciples de Jésus. En tant que Juifs, ils conservent scrupuleusement les coutumes et la loi ancestrale articulées dans la révérence aux écritures saintes, à la Torah. Ils conservent aussi la vénération du temple, bien que détruit pour le moment, la vénération de la terre promise et du peuple « ethnique » juif, du peuple élu par Dieu. Ils s’opposent néanmoins au mouvement pharisien qui donnera la réforme rabbinique. En effet, contrairement aux autres, ils ont reconnu en Jésus le messie annoncé par les écritures, venu pour libérer la terre sainte, rétablir la royauté, rétablir la vraie foi (en chassant les autorités juives corrompues par le truchement des Romains) et le vrai culte du temple (ce qu’il n’avait pu faire), bref, libérer et sauver le monde. Ils se considèrent aussi comme les vrais chrétiens et accusent les judéochrétiens de s’être trompés, de s’être dévoyés. Ils nient fondamentalement la dimension divine de Jésus. Ils accusent les judéochrétiens d’avoir « associé » à Dieu un Fils et un Esprit Saint. Au contraire, ils affirment : « Je témoigne de ce que Dieu est un et il n’y a pas de dieu excepté lui » ! La distance est donc énorme entre ce que les apôtres ont enseigné et la contrefaçon messianiste que les judéonazaréens en ont faite. Et il apparaît déjà une certaine parenté entre cette contrefaçon et ce qu’affirme la profession de foi musulmane… Vrais Juifs et vrais Chrétiens, ils se considèrent comme les héritiers uniques et véritables d’Abraham, les « purs ».

Leur installation en Syrie, sur le plateau du Golan, puis par la suite jusqu’au Nord d’Alep – toujours à l’écart des païens et des impurs – est vécue comme une forme de nouvel exode au désert. A l’image du peuple hébreu sortant d’Egypte et conduit par Moïse, il s’agit d’un temps de purification et de préparation. Le vin sera ainsi interdit à tous les consacrés à Dieu jusqu’au jour du retour du Messie. Leurs « messes » seront célébrées par leurs prêtres avec de l’eau et non du vin.

Se purifier soi-même n’est qu’un préalable dans le projet des judéonazaréens de purifier le monde pour le sauver de son mal et de son injustice. Leur « recette du monde parfait sur terre » inclut la reconquête et la purification de la terre sacrée (Israël), de la ville sacrée (Jérusalem), pour que les purs puissent accéder aux lieux saints, rebâtir le temple saint dans les conditions de pureté requises et y réaliser les rites et sacrifices. C’est comme cela que sera alors provoqué le retour du messie. Et avec le messie à leur tête, les judéonazaréens sauveront le monde de son mal, de son injustice, contre lui-même s’il le faut.

Dans cette vision, on voit que s’affrontent deux parties de l’humanité : celle qui travaille au salut et celle qui s’y oppose. Les purs et les impurs. A l’aune de cette vision idéologique, de cette surréalité, la morale se transforme : est jugé bon, juste, vrai, noble tout ce qui contribue au projet ; est jugé mauvais, exécrable, blâmable, faux, à anéantir tout ce qui y fait obstacle. Est également jugé mauvais tout ce qui dévie du projet. Les femmes, par exemple, considérées comme tentatrices, détourneraient les justes de leur combat. De la même manière, tout mouvement divergeant de la foi pure, toute pensée dissidente sont donc à combattre absolument. Si les Juifs rabbiniques et les chrétiens, les deux ennemis de leur vraie religion, s’étripent sous leurs yeux dans des guerres incessantes et stériles, c’est bien que Dieu les y conduit. Voilà qui conforte les judéonazaréens : eux seuls pourront libérer la Terre et Jérusalem, eux seuls pourront relever le temple.
Avec le temps, les judéonazaréens finiront par persuader les tribus arabes nomades voisines de rentrer dans leur projet messianiste de reconquête de Jérusalem et de la « terre promise ». Ces arabes auraient été les descendants d’Abraham (de la Bible) par son fils Ismaël, qu’Abraham eut dans des temps immémoriaux avec sa servante Agar. Selon l’histoire musulmane, ils vivaient selon un système de clans et de tribus, avaient pour religion une sorte de polythéisme mal connu, des cultes païens anciens, et obéissaient à des coutumes rustiques – par exemple, ils maltraitaient leurs femmes et il se raconte même qu’ils enterraient vives leurs petites filles. De plus, la région était en proie à l’anarchie, à de nombreuses guerres entre clans plus ou moins régies par ces coutumes religieuses troubles. C’était le temps de la jahiliya, de l’ignorance, de l’obscurantisme propre aux temps païens.

Mahomet : prophète ou gourou manipulateur ?

MahometC’est dans ce contexte que serait né Mahomet, en 570, à La Mecque, petite ville caravanière de cette région, au sein de la tribu des Qoréchites. Orphelin très tôt, il est recueilli par son grand père, puis par son oncle, les chefs de la tribu. Vers l’âge de 9 ans, alors qu’il accompagne son oncle lors d’une expédition caravanière en Syrie, un moine chrétien, Bahira, reconnaît en lui un futur prophète. Mais en attendant qu’il le devienne, Mahomet doit subvenir à ses besoins. Il trouve à s’embaucher comme caravanier et sillonne l’Arabie et le Moyen Orient. Il épouse sa patronne Khadija, une riche veuve. Il aura d’elle quatre filles.

Vers 610, alors qu’il s’était retiré pour méditer dans une grotte à l’écart, une voix se fait entendre, l’ange Gabriel apparaît. Il lui révèle la parole d’Allah, c’est-à-dire quelques versets du Coran qu’il lui enjoint de réciter (les premiers versets de la sourate 96). Gabriel est le messager d’Allah (« le dieu », c’est-à-dire Dieu), le dieu unique, le créateur du monde et du premier homme Adam. Il s’était révélé par la suite à Abraham et à toute une série de prophètes – Noé, Moïse, Jésus pour les principaux… Mais ceux qui avaient écouté ces prophètes prêcher la parole divine, c’est-à-dire les Juifs et les chrétiens, s’étaient égarés. Ils avaient reçu de leurs prophètes des livres sacrés (la Torah et l’Evangile), et auraient dû suivre leurs commandements. Toutefois, ils avaient falsifié leurs écritures et s’étaient dévoyés. D’où la nécessité pour Allah de parachever sa révélation en envoyant un dernier prophète pour rappeler le monde à l’ordre et fonder à nouveau la vraie religion. Celle qui corrige toutes les révélations précédentes dévoyées, judaïsme et christianisme, en donnant aux nouveaux croyants les justes et ultimes commandements pour vivre selon le plan d’Allah. Et dans ce plan figure notamment la mission de convertir la terre entière pour que lui, Allah, soit enfin satisfait de voir toute l’humanité se soumettre et se conformer à sa divine volonté, lui obéir en tout, du lever au coucher, entre époux et entre amis, dans la paix et dans la guerre, dans tous les actes de la vie quotidienne.

Mahomet s’en ouvre à sa femme. Celle-ci le présentera à son cousin Waraqa, un prêtre présenté comme chrétien, et tous deux conforteront Mahomet dans la validité de sa révélation. Convaincu de la nécessité de la proclamer – illettré comme la plupart de ses contemporains, il ne pouvait pas l’écrire – il devient prédicateur. Il prêche alors le dieu unique aux polythéistes de La Mecque.

Le Coran céleste lui est révélé mais Mahomet finira par être chassé de La Mecque. Accompagné de ses adeptes, il trouve refuge à Yathrib, une cité prospère établie dans une oasis du désert à 400 km environ au nord de La Mecque, peuplée de tribus juives et arabes. Ainsi prend fin la période mecquoise de la vie de Mahomet. La date de sa fuite est retenue pour le début du calendrier musulman : l’année 622 sera le début de l’ère de l’Hégire (l’exil, l’émigration), la première année des nouveaux temps islamiques.

Sa nouvelle ville d’accueil sera rebaptisée par la suite Médine. S’y ouvre donc la période médinoise de la vie de Mahomet. Il conclut un pacte avec ses hôtes arabes et juifs (également appelé « Constitution de Médine »), et s’entend bien avec eux, comme le montre leur conduite bienveillante initiale à son égard. Il continue de prêcher en divulguant verset après verset la révélation d’Allah, parole qui l’établit alors comme chef politique. Durant tout ce temps, l’ange Gabriel continue en effet de se manifester régulièrement à lui. Pour subvenir aux besoins de la communauté et face à l’hostilité des Mecquois et des sceptiques, Mahomet, le prophète pacifique devenu maître religieux de Médine, se mue désormais en chef de guerre : malgré ses premières réticences, la révélation de nouvelles sourates lui enjoint d’user de toutes les violences, de prôner la guerre sainte, et de faire mener expédition sur expédition contre les caravanes de La Mecque (des razzias). Il élimine ses adversaires politiques, ses contradicteurs et ses caricaturistes.

S’étant ainsi renforcé, Mahomet peut s’emparer de La Mecque. Il y entre en 629 à l’occasion de la trêve d’Hudaybayyiah, puis prend définitivement la ville en 630. La Kaaba est nettoyée des idoles païennes et devient ce cube vide orné de cette pierre noire que nous voyons encore aujourd’hui. La Mecque gagne définitivement son statut de ville sainte. Les conquêtes continuent dans le Hedjaz, de nouveaux territoires sont gagnés, des populations se convertissent à cette nouvelle religion, l’islam, Juifs et chrétiens conservant cependant une certaine liberté de culte. L’Arabie s’unifie dans une même langue, une même religion et s’identifie peu à peu à l’oumma, la communauté des croyants musulmans. La conquête et les conversions continuent ainsi de s’étendre jusqu’au Moyen Orient. En 632, Mahomet meurt le 8 juin 632, à Médine, et y sera enterré.

Le Coran révélé à Mahomet : une supercherie ?

720511__quran-high-definition-resolution-wallpaper-wallpapers_pLes propagandistes judéonazaréens, Juifs de langue syro-araméenne, dont beaucoup connaissent l’hébreu liturgique, ont expliqué leurs textes aux Arabes. Plus encore, ils ont formé des prédicateurs arabes, traduit leurs textes en arabe et les leur ont appris. Pour cela, ils ont réalisé pour eux de petits manuels, des florilèges des principaux textes de leur Torah, de leur évangile, de leurs coutumes, de leurs lois, de leurs rites de pureté, de leur circoncision… Il fallait en effet des aide-mémoires à cette époque où l’enseignement était essentiellement su et transmis par cœur : les aide-mémoires capitaux ont été constitués par des traductions en arabe des lectionnaires utilisés par les judéonazaréens eux-mêmes. Un lectionnaire est un livre liturgique qui présente des lectures et commentaires de textes sacrés, comme en ont toujours les chrétiens. Le lectionnaire judéonazaréen présentait donc des extraits de la Bible, ancien et nouveau testament – du moins ce que les judéonazaréens en acceptaient – en fonction du calendrier (samedi, dimanche, jours de fête). En langue syro-araméenne, les chrétiens appelaient ce lectionnaire « qor’ôno » (ce qui se transpose en arabe par «qur’ân », c’est-à-dire « coran »). S’est donc constitué un ensemble de prédications diverses et de lectures saintes, certaines bénéficiant d’une mise par écrit comme aide-mémoire. Cette propagande visait en particulier la foi chrétienne des Arabes en l’attaquant sous l’accusation d’associationnisme, c’est-à-dire en prétendant que les chrétiens donnent à Dieu des « adjoints » (la trinité).
Le Coran si compliqué s’éclaire. La compréhension des mécanismes de manipulation du texte par le discours musulman permet effectivement de décrypter la signification alambiquée que la tradition s’efforce de lui donner. Sa lecture « judéonazaréenne » est nettement plus simple et l’on voit ainsi une tout autre histoire apparaître : l’endoctrinement des Arabes par les judéonazaréens, l’explicitation de la religion judéonazaréenne aux néophytes arabes, l’embrigadement dans le projet messianiste, les exhortations pour la conquête de Jérusalem, les aléas des batailles, la reprise en main dans les moments de découragement … Pour qui sait le lire, le Coran reflète encore, partiellement, l’histoire authentique de ses origines. Le grand secret de l’islam est encapsulé dans le Coran. Il faut toutefois relativiser la portée du Coran dans l’islam : bien qu’il soit dit représenter le pivot de la foi musulmane, sa révélation (révélation qui se partage en réalité entre Coran et personne de Mahomet, par l’exemple de sa conduite relatée par les hadiths et la sîra), il faut bien comprendre qu’il n’est qu’un élément contributif de cette foi. La plupart des musulmans au cours de l’Histoire n’ont jamais lu le Coran (et c’est toujours aussi vrai aujourd’hui). Sa diffusion de masse n’est qu’un phénomène récent. D’ailleurs, les premiers conquérants « islamiques » ne le connaissaient pas. Rappelons que les Maures débarqués en Espagne au 8e siècle semblaient ignorer le Coran.

Comment les Arabes ont « inventé » l’islam moderne ?

burqaForts de leurs positions en Syrie, les Emigrés [alliance de judéo-nazaréens et d’Arabes endoctrinés] avancent vers la Palestine et approchent de Jérusalem. Prenant Jérusalem, ça y est, le projet va se réaliser, le temple va être reconstruit, le messie va revenir… le temple est enfin relevé, les sacrifices et les rites vont pouvoir avoir lieu. Les judéonazaréens invoquent la figure du messie, appellent son retour. Mais le messie ne revient pas. Les prêtres judéonazaréens tentent de temporiser avec les guerriers arabes, impatients de devenir les élus du nouveau royaume du « Messie Jésus », comme dit le Coran. En 640, les chefs arabes ont compris : le messie ne reviendra pas, il n’y a pas de royaume pour les élus, ils ont été trompés. Les maîtres judéonazaréens sont des escrocs et des traîtres qui les ont entraînés pour rien dans près de 40 années de fausses promesses, d’efforts, d’exil, de sacrifices, de guerres… En éliminant les chefs judéonazaréens, Omar a fait d’une pierre deux coups : non seulement il s’approprie la conquête, mais il récupère aussi le commandement religieux. L’islam moderne commence à se structurer.

Aujourd’hui, alors que les technologies et l’alphabétisation ont permis de le rendre accessible à tous, de très nombreux musulmans ne connaissent pas vraiment le Coran et n’osent même le lire tant ils ont peur du sacré qui l’auréole. Dans les faits, l’islam est avant tout un discours. Le texte coranique, tout comme les autres sources de la foi musulmanes, tout comme les hadiths, la sîra, l’histoire musulmane et même la personne du prophète Mahomet ne servent qu’à justifier quelque chose de bien plus important qu’eux-mêmes : ils fondent cette conscience des musulmans d’avoir été choisis par Dieu pour établir sa loi sur le monde entier. Selon cette conviction messianiste, l’avenir du monde serait islamique, l’islam serait son salut, ce salut devant s’établir à jamais avec le retour du « Messie Jésus » à la fin des temps (et/ou celui du dernier imam pour les Chiites).

SOURCES :

https://bibliothequedecombat.files.wordpress.com/2015/01/le-grand-secret-de-lislam2.pdf

http://legrandsecretdelislam.com/

Publicités

3 réflexions sur “Islam : Déviance judéo-chrétienne ou imposture historique ?

  1. Vous savez, cette histoire est vieille comme … Judas. Les judeonazaréens semblent ses disciples voulant l’avènement d’une parousie terrestre. S’ils ne s’entendent pas avec les chrétiens, c’est que justement, ces derniers connaissent le fait que le royaume du Christ n’est pas de ce monde… Judas a livré le Christ pour forcer la providence. L’islam tente de refaire la même chose par d’autres moyens. Ne pouvant forcer le Christ, ils essaient de forcer son Église. Mais si cette religion ne s’est pas ensablée, c’est qu’elle possède une filiation par Judas qui faisait partie des 12. Cette paternité reste malgré tout dans le plan de Dieu. Tout cela restera vain et désespérant, mais ils sembleront gagner jusqu’à la fin des temps, tout comme Judas.

    J'aime

  2. Nous savons que depuis 1400 ans, l’islam a déclaré une guerre religieuse au reste du monde civilisé pour le remplacer par une dictature musulmane sous l’égide de califes omnipotents. Son objectif intangible est celui de soumettre ou d’exterminer les non-musulmans, conformément aux versets du coran.
    Nous savons que plus de 500 versets sanguinaires sont écrits dans ce « saint » livre incréé : « S’ils se détournent [d’Allah], emparez-vous d’eux et tuez-les où que vous les trouviez. » (S. 4, verset 89)
    « Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants [les non-musulmans]. Donc frappez-les au-dessus des cous [décapitations] et frappez-les sur tous les bouts des doigts [amputations] » (S. 8, verset 12)
    « Quand les mois sacrés ont expiré [ramadan], tuez-les [juifs et chrétiens] où que vous les trouviez. » (S. 9, verset 5)
    Nous savons selon des historiens de renom qu’au cours de 14 siècles de batailles et de conquêtes, les islamistes ont massacrés de 250 à 300 millions de non- musulmans.
    Nous savons que la multiplication des attentats musulmans en France devient exponentielle: Voitures projetées dans la foule, assassinats à la kalachnikov, bombes, égorgements, décapitations, avec un dosage calculé pour surenchérir inexorablement le concept de terreur planifiée.
    Nous savons que depuis les attentats du 11. 09. 2001, les islamistes ont commis 27.304 attentats mortels sur les cinq continents. Autrement dit aucun pays ne leur échappe, aucune sécurité n’existe plus dans le monde.
    L’Oumma, immense secte du croissant in-fertile, avec sa puissance financière et ses poignards-cimeterres, peuvent assassiner qui que ce soit et n’importe où.
    Nous savons que depuis 14 siècles, les musulmans testent les moyens, la stratégie et l’ampleur de leurs armées pour remporter d’autres « pieuses batailles » à la gloire de leur Dieu et d’un paradis posthume infantile.
    Ainsi pouvons nous imaginer que durant des siècles de conquêtes incessantes (56 pays et plus d’un milliard 500 millions d’adeptes conditionnés au fatalisme de la soumission); leurs quartiers généraux, leurs manuels de guerres coraniques, haddhitiques, chariatiques, stratégiques; leurs cartes d’Etats Majors criblées de cercles rouges de territoires et peuples conquis ou en devenir; la puissance de leurs finances pétrolières, de leurs armes de guerres; leur détermination meurtrière par l’ampleur des populations asservies, recensées, composées de femmes, d’enfants, d’adultes, de vieillards torturés, massacrés, forment des rivières de sang innocent.
    http://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2015/07/versets-coraniques.html

    Ainsi pouvons-nous imaginer combien le pire est à venir… Ce qu’ils exercèrent au cours des siècles, méthodiquement, ne sont que préludes aux grandes barbaries prochaines qui s’abattront dans les pays occidentaux en particulier.
    Selon Marc Trévidic: Nous allons assister à une intensification tous azimuts des attentats musulmans, aussi bien en nombre qu’en violence :
    « J’ai acquis la conviction que les hommes de Daech ont l’ambition et les moyens de nous atteindre beaucoup plus durement en organisant des actions d’ampleur, incomparables à celles menées jusqu’ici. Je le dis en tant que technicien : les jours les plus sombres sont devant nous ».
    Ainsi pouvons-nous imaginer qu’en opérant un survol panoramique de la géopolitique actuelle, nous constatons que les russes sont déjà fortement implantés au Moyen-Orient. Ayant supplantés les USA, ils s’activent à réaliser une alliance tactique avec la revancharde Turquie (membre de l’Otan). Les russes disposant de bases militaires en Syrie et en Iran, rendront ultra-sensibles les rapports avec les israéliens de même qu’avec les iraniens, les contraignants de s’associer à eux pour le démantèlement territorial de la Syrie.
    Ainsi pouvons-nous imaginer que dans le même temps, les USA, affaiblis par la politique pro-arabe désastreuse d’Obama, devront se replier dans leur continent forteresse. Fini pour eux de jouer aux « gendarmes du monde ». Quant à l’Europe funambulesque des 27, elle continuera de s’assourdir et de « laisser faire » jusqu’à ce qu’advienne son suicide politique. Affaiblie sous le joug des envahisseurs islamiques, nouveaux Troyens semi-clandestins, sa capitulation suivie de sa dhimmitude est à la portée des poignards musulmans. Le peuple des socialo-compatissants du « Pas d’amalgame » et « vivons ensemble » électoralement, seront les plus humiliés.
    Quant à la droite républicaine, pataugeant dans son magma politicien, aucune étoile Churchilienne ne se lèvera de ses rangs.
    Ainsi pouvons-nous imaginer le crépuscule du « printemps des petits blancs » dans une floraison d’attentats majeurs qui ne tarderont à mettre la France et les nations qui la suivent à genoux. La seule alternative citoyenne qui reste aux patriotes de coeur est celle de prendre les armes, de résister et de combattre tous ceux qui rôdent dans nos murs, armés de bombes et de poignards.
    Manuel Valls n’a-t-il pas reconnu devant l’Assemblée nationale à propos de la prolongation de l’état d’urgence : « L’imagination macabre des donneurs d’ordre est sans limite : fusil d’assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches (…). Il ne faut aujourd’hui rien exclure. Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s’imposent mais nous savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques ou bactériologiques ».
    Ainsi pouvons-nous imaginer que les terroristes musulmans prépareraient une attaque au gaz mortel contre la France. L’atmosphère confinée des métros est une cible aisée pour une grande opération de terreur; de même que celui d’assassiner un puissant symbole occidental par la chute de la Tour Eiffel (ciblée par l’EI…)
    Ainsi pouvons-nous imaginer de même, l’attaque d’une des 19 centrales nucléaires françaises, dans lesquelles se trouvent 58 réacteurs nucléaires en activité. Nos élites dirigeantes osent-elles envisager ce que l’État Islamique a annoncé : l’holocauste nucléaire de l’Occident, exterminant près de 500 millions de personnes
    (soit l’ensemble des populations européennes)… De même concernant l’attaque terroriste d’une de nos centrales nucléaire avec un avion de ligne détourné ?
    L’Etat sait-il que celle-ci ne résisterait pas à un tel crash et provoquerait d’imparables fuites radioactives sur des pans entiers de l’hexagone, à la merci des vents…
    Ainsi pouvons-nous imaginer que la troisième guerre mondiale s’ordonnance sous nos yeux. Elle est en parfaite corrélation avec la voix d’un prophète hébreu annonçant (depuis 2500 ans): « Or, voici de quelle plaie l’Eternel frappera tous les peuples : leur chair se décomposera, eux étant encore sur pied, leurs yeux s’useront dans leurs orbites, et leur langue pourrira dans leur bouche. En ce jour, règnera parmi eux une grande perturbation de par l’Eternel; l’un saisira la main de l’autre et la main de celui-ci élèvera contre la main de l’autre… Une plaie atteindra chevaux, mulets, chameaux et ânes , tout le bétail qui se trouvera dans ses camps -une plaie toute pareille à celle-là » (Za. 14: 12 et 15).
    Comment pouvait-il imaginer en son temps les effets de la radio-activité ?
    Pour clore cet article, saviez-vous avec qui vous seriez contraints de vous
    « soumettre » si vous capituliez devant l’Islam ? Ce système religieusement totalitaire
    n’est pas seulement une singularité historique accidentelle de changement de l’ordre
    du monde ? En allant plus avant dans le coeur métaphysique de l’islam, vous pourriez
    découvrir qu’il est un système d’enfermant mental qui produisit en 14 siècles, une
    réaction génétique « d’involution culturelle et raciale »…
    A savoir, les résultats désastreux de la consanguinité musulmane procédant des
    mariages entre cousins du 1er degré… Cette pratique, prohibée par la tradition juive
    et chrétienne depuis l’époque de Moïse, a été validée par Mahomet et a prospéré
    durant 50 générations ! Cette tradition de consanguinité massive dans la culture
    musulmane serait la cause de dommages irréversibles au socle génétique de ses
    fidèles : appauvrissement de leur QI, de leur défaillance évolutionniste sociétale par
    l’affaissement du bon sens de la vie et appétence pour la mort.
    http://www.slate.fr/monde/74933/mariage-cousins-germains-risques
    En tant que Pasteur judéo-chrétien , il m’apparaît que cette idéologie
    religieuse dévoyée relève d’un piège irénique de l’entité démoniaque Iblis, al
    shaytan. Néanmoins, je n’ignore pas que de rares et courageux musulmans tentent de
    l’apostasier pour s’en libérer. Or l’islam ne peut les quitter car ils sont le produit
    biologique de consanguinités douteuses. C’est une tare maléfique recommandée par
    Mahomet… Autrement dit, unie au sang de l’impétrant, cette religion fataliste
    explique l’atavisme des peuples subjugués par la gravitation de l’islam autour de la
    Kaaba. Cette involution garantit sa permanence dans les esprits soumis.
    Peuples occidentaux, inconsidérément déchristianisés (à vos dépends actuels), souvenez-vous que même si vos âmes sont tétanisées et idéologiquement vendues à l’Islam, vous pouvez revenir à Dieu en lisant sa Parole évangélique. Il vous suffit de reconnaitre que seul Jésus peut vous libérer de votre enfermement intellectuel, vous affranchir de vos aliénations, vous offrir un esprit libre, une vie nouvelle. Appelez son secours et IL vous répondra. Cette réalité a été expérimentée par des millions de croyants dans la foi en l’Eternel, le Père de tous les hommes et non d’une religion !
    Pasteur François Celier
    Note additive:
    396 versets coraniques haineux, belliqueux, esclavagistes, anti-chrétiens, anti-juifs, appellent à tuer les apostats et les infidèles ;
    129 versets qui prônent la guerre et le djihad ;
    41 versets qui associent la femme au mal et au diable.
    Ces versets hautement conflictuels doivent être effacés par les musulmans eux- mêmes, s’ils veulent être libérés de l’enfermement mental qui les égare…
    AVANT QUE LES ARMES DE LA RÉSISTANCE NE LES TRAQUENT EN TOUS LIEUX.

    J'aime

  3. Tu oublies que l’Islam est la seule vrai religion, universelle. Tout les prophètes étaient musulman d’Adam à Muhammad. L’ignorance est une maladie mais la faire circuler est une épidémie. Je suis musulman et j’aime mon prophète. Et d’ailleur je reconnais tout les autres prophetes. J’atteste qu’il n’y a pas de dieu excepté Allah et que Muhammad est son messager.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s