Après Vichy, voici #Pharos, la délation encouragée par le ministère de l’Intérieur


Pharos
Sur le portail du ministère de l’Intérieur, le citoyen est invité à faire acte de civisme en dénonçant ce qu’il estimera être illicite sur internet et les réseaux sociaux. Par son acte, le citoyen devient tout à coup le bras accusateur d’une justice qui reconnaît à chaque internaute le droit et la compétence de dire si telle ou telle personne mérite d’être signalée sur le site dont la page d’accueil précise :
« Internet est un espace de liberté où chacun peut communiquer et s’épanouir. Les droits de tous doivent y être respectés, pour que la « toile » reste un espace d’échanges et de respect. C’est pourquoi les pouvoirs publics mettent ce portail à votre disposition. En cliquant sur le bouton « SIGNALER », vous pouvez transmettre des signalements de contenus ou de comportements illicites auxquels vous vous seriez retrouvés confrontés au cours de votre utilisation d’Internet ».

Quand je lis cela, je me demande à partir de quels critères je vais considérer que la ligne a été franchie ? Investi par le ministère de l’intérieur d’une mission de service public visant à demander que soient censurés, voire poursuivis les auteurs de propos qui ne me conviennent pas, je me sens utile et même capable de moraliser internet en faisant abstraction de toute approche partisane ou subjective ! Peut-être même qu’un jour, j’aurai une médaille pour service rendu à la France… Eh oui, sous prétexte de vouloir remplir une mission de salut public, la dénonciation d’internautes, eux aussi investis des mêmes missions, appelle chaque citoyen à faire acte de délation : c’est sans doute une nouvelle variante de la liberté d’expression issue de « l’esprit du 11 janvier » qui tend à réduire celle des autres… Ainsi, loin d’être cachée, loin d’être un acte individuel honteux, la délation avec PHAROS* devient un acte social, un devoir encouragé par le ministère de l’Intérieur.

denoncer-sous-D’ailleurs, en d’autres temps, les Français ont déjà massivement dénoncé. Entre 1940 et 1944, sur 40 millions de Français, 4 millions de dénonciations écrites et signées ont été recensées. Sur ordre des Allemands mais aussi du gouvernement de Vichy, les Français ont massivement donné d’autres Français : juifs, francs-maçons, communistes, résistants ou encore réfractaires du S.T.O. Souvent sous l’alibi idéologique se cachent des rivalités, des jalousies, des convoitises… Ces lettres ou ces coups de fil avaient pour conséquence un séjour à la Gestapo, un départ en camp de déportation, voire d’extermination. La délation et la peur de la délation ont gangrené les rapports sociaux sous le gouvernement de Vichy. Pour preuve, après 1944, le délit de dénonciation sera le plus poursuivi par les cours de justice de la Libération.

Ne trouvez-vous pas cette similitude inquiétante entre le régime de Pétain et celui de Hollande à inciter les citoyens à la délation sous prétexte de civisme ? Moi, personnellement, j’ai peur de voir la France sombrer davantage vers une dictature socialiste qui en a déjà les symptômes… et vous ?

*PHAROS : Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements.

Publicités

Une réflexion sur “Après Vichy, voici #Pharos, la délation encouragée par le ministère de l’Intérieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s