Quand François MITTERRAND faisait don de sa personne au Maréchal PETAIN…


Quand François MITTERRAND faisait don de sa personne au Maréchal PETAIN,

avec toute l’insuffisance morale de la gauche qui sied aux arrivistes !

Image

« Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France.

Je m’engage à servir ses disciples et à rester fidèle à sa personne et à son Oeuvre ».

François MITTERRAND (formule de demande d’attribution de la Francisque, reçue en avril 1943).

 * * *

Nous étions, nous sommes, nous serons, peuple de Droite debout fiers dans nos godilles.

Mais voilà que le bien pensant, l’intellectuel de gauche a réussi provisoirement à nous abattre. Parce que n’oublions pas, « l’intelligence est à Gauche« . A Droite, nous passons, pour les besoins d’un discours socialisant, de bipèdes à quadrupèdes…

De l’Homme digne, travailleur, sûr de ses valeurs familiales et républicaines, je passe, vous passez, nous passons tous pour de nobles arrogants, égoïstes, voire pour des fascistes !

Assimiler un peuple électoral aux idées nobles à une idée mécréante dénote une propension au mensonge politique que le suffrage universel direct ne cautionnera pas à terme ;

Aussi, utiliser de manière fâcheuse des vécus historiques dramatiques aux fins du discrédit d’une théorie économique, sociologique et politique, relève d’une façon de procéder qui permet de s’interroger sur la finalité du discours.

Nous aussi, nous aurions pu amalgamer les partis opposants en les assimilant au bolchevisme, au marxisme ou au Stalinisme déviant. Que nenni, l’esprit de la Droite a sa hauteur, nos idées avec.

  1. LA FRAUDE MORALE

Assimiler les idées de la Droite à des idées racistes ou fascistes relève de l’ignorance. La France n’est pas raciste.

En tout cas, pas moins la Droite que la Gauche. Tout simplement parce que nous naissons bleus, verts ou rouges d’un coté comme de l’autre de la terre, d’un coté comme de l’autre de la France.

Aucune distinction n’est faite eu égard à l’origine dès lors que les enfants de la terre de France naissent, évoluent et construisent l’avenir ensemble dans un dessein unique et convergent.

La France, par défaut de moyens financiers, pêche par sa capacité à assimiler et à digérer les besoins de sa jeunesse. C’est un fait que nul ne pourra contester. Au-delà de sa capacité financière, notre pays souffre de timidité. Les bien- pensants, ce brave peuple de gauche, par ses revendications pour la différence, annihile toute capacité d’intégration des jeunes d’origine étrangère.

Parce qu’ils sont différents, disent-ils, ils doivent être traités de façon différente. Mais il n’y à aucune différence à inculquer. Un peuple, sans égard à l’origine de ses citoyens, devrait faire que tous marchent ensemble dans la même direction.

La France, comme l’Europe, vit un choc de civilisation qui n’est pas du fait des races, mais simplement des cultures qui s’affrontent.

Elles sont, elles-mêmes, issues de maturation de faits historiques qui trouvent leurs fondements dans les religions pour la plupart.

Nous vivons un choc culturel qui va de pair avec la vitesse de l’information et des déplacements. Tout se brasse et se mélange à n’y rien comprendre.

La France, son histoire, son droit et ses règles se sont construites durant des siècles.

Les principes judéo-chrétiens ne sont plus seulement une histoire, ils sont les piliers de notre société.

Tout dans la vie quotidienne tout nous le rappelle.

Du code civil, aux principes du droit du travail, en passant par l’urbanisme. Tout, de la définition de bonnes mœurs, aux jours fériés liés aux fêtes catholiques, en passant par Haussman, nous rappellent notre histoire, notre présent et le futur auquel nous aspirons.

De Napoléon Bonaparte à son acolyte Portalis, et plus loin encore aux références religieuses, on ne peut pas dire que ses références soient particulièrement à Gauche tellement la tradition les transcende. Les références traditionnelles auxquelles elles renvoient s’encrent plus volontairement à droite.

Un des premiers regroupement des partisans de gauche post-révolution s’appelait «patriotes». D’où la légitime question de savoir si la Gauche Post-revolutionnaire était extrémiste lorsqu’elle s’est opposée au véto royal.

L’histoire rend hommage à la position de la Gauche même si elle était Patriote. Tout comme l’histoire rendra hommage à la vision sarkoziste sur l’exercice du pouvoir. N’oublions pas les maintes réformes structurelles entreprises y compris sur le mode d’exercice du pouvoir.

En aparté, le sourire est sur nos lèvres lorsqu’on sait que la Droite a utilisé ce terme de «patriote» lors des élections de 2012 et que la Gauche l’a assimilé à un extrême fascisant.

Or un extrême, de Gauche comme de Droite se caractérise par la volonté d’utiliser la violence verbale ou physique pour évincer son adversaire.

Ce procédé extrémiste se retrouve aujourd’hui dans deux maladies bien connues : la mélanchonite et la lepenite.

J’ai reçu un SMS d’un chercheur émérite bien connu,me précisant qu’on avait pas encore de remède.

  • Que malheureusement la maladie a atteint de 30 % les capacités du malade France. Comprenez-là le vote cumulé des extrêmes. Sa maladie risque d’aboutir à l’amputation.
  • Qu’à assimiler perpétuellement le peuple de droite à un extrême politique risque d’accroître les facultés de discernement du malade. Malheureusement, les cellules en phases de croissance risquent d’êtres alternées. Entendez-là notre jeunesse.
  • Qu’à chercher à désunir et salir pour vaincre, le parti socialiste s’est fourvoyé dans un concept qui se retournera contre lui et qui risquent au passage d’aggraver l’état du malade.

Le patriote, celui qui aime son pays, n’est donc pas un fasciste ni un raciste.

Son pays est sa mère nourricière, celui qui le protège, celui des repères, celui des traditions.

Ce pays capable d’élever les enfants de défunts parents et de les hisser au plus haut sur l’autel de la méritocratie, capable d’accueillir un étranger, de le traiter avec égalité en lui donnant les mêmes moyens mais capable aussi de lui montrer la porte sortie lorsque cet invité ne respecte pas sa maison mère.

La Gauche, par l’utilisation de procédé digne d’une stratégie du choc, a cassé les repères identitaires du peuple de France pourtant majoritairement à Droite.

La Gauche a fraudé moralement pour vaincre. Elle ne survivra pas au suffrage universel des années à venir tout comme elle n’a pas survécu au Mitterandisme après lequel 15 ans ont été nécessaires pour refaire son image de parti politique moderne.

Pour la prochaine, comptez beaucoup plus car il faudra au moins 20 ans pour se remettre des énormités et mensonges de ce gouvernement et gérer les conséquences de ses actes irresponsables.

Ils n’ont pas fait élire un homme et un programme, ils en ont fait battre un autre.

François Hollande se retrouve dans un piège. Il a servi de tremplin sans pour autant convaincre, y compris à Gauche. Il devra pourtant assumer les affres de sa fonction et les résultats obtenus.

II ) DE LA DEFORMATION DU CONCEPT TRADITIONNEL DE LA DROITE A L’INSUFFISANCE MORALE DE LA GAUCHE : la fin ne justifie pas les moyens.

De cette fraude morale tendant à la diabolisation, en passant par l’utilisation de concept politique hideux, avec un arrêt sur image de Najat Vallaud-Belkacem cantonnant le chant des partisans en meeting, tout à été fait pour stigmatiser un homme, son camp et ses idées.

Le « méchant Sarko » était facho. On lui a opposé un homme tranquille, presque un juvénile irresponsable, bon père de famille, vivant avec une «first girl friend». Un vrai, un pur, résistant au mauvais comportement de la droite, trop à droite, pour libérer le pays de la dictature imposée par le camp adverse et pour libérer le pays du « traumatisme » des cinq dernières années.

C’était pourtant bien un vrai résistant notre Nicolas.

A sa manière, il a tenté de préserver les valeurs traditionnelles françaises et de ses institutions : autorité de l’état, représentativité diplomatique, bipartisme accru, prédominance de l’Assemblée et de l’opposition dans les organes décisionnels, etc … Mais encore, valeurs éducatives, respect du territoire et du concept de nation sans lesquels tout pays disparaît. Respect par l’étranger de la main qu’on lui tend. Il l’a lui même respecté en s’engageant pour le pays qui a accueilli sa famille.

Bien mal lui en a pris. Qualifié de Pétainiste, de fasciste, amalgamé aux politiques les plus diaboliques, en l’insultant de la sorte, la gauche française à insulté la mémoire, l’histoire et le peuple français.

Elle a insulté nos parents, grands-parents ou arrière grands-parents pour certains. Elle a sali leur mémoire. Elle a blasphémé leur tombe.

Que celui qui lit cet article se souvienne de l’histoire de sa famille et des récits sanglants de nos grands-pères sur leur vécu. Le respect de cette douleur implique de notre part la plus grande humilité.

Elle implique que l’on défende, corps et âme, le souvenir de nos aïeux.

Elle implique que nous refusions d’être assimilés ou catégorisés par des imposteurs aux idées contraires à nos vécus familiaux et aux idéaux que l’on nous a transmis.

Je me suis, comme d’autres, senti insulté, humilié. On a sali l’histoire de ma famille par l’utilisation d’amalgames honteux. L’on s’est retrouvé sur le banc des accusés, nous désignant comme des fascistes et des complices de génocide.

Encore aujourd’hui, lors de discussions sur les réseaux sociaux les adhérents de l’UMP ou les sympathisants de la Droite se font régulièrement insulter.

Brave peuple de Gauche, et toi, son représentant, vous avez détruit la colonne historique du « savoir vivre ensemble » aux seules fins de prendre le pouvoir.

Vous allez être surpris des conséquences, vous l’êtes déjà. Non pas que les attaques viennent de la Droite et de ses méchants sympathisants, ses méchants riches et ses méchants patrons, mais qu’elles viennent bien de votre propre camp à qui vous venez de donner un permis de bannir et de haïr.

Vous avez donné un permis de mépriser. Vous venez de casser les fils de la sociabilisation et de l’intégration.

Vous avez détruit ce qu’il y a de plus précieux : le respect.

Une notion indispensable à l’épanouissement et au développement d’un état. Vous êtes des extrémistes. Vous avez pris le pouvoir avec violence, une violence morale fondée sur un mensonge et un viol des consciences.

Vous continuez aujourd’hui par les paroles de gestes du Premier Ministre ou du nouvel élu à la tête du PS entre autres…

Parce que nous, petit et méchant peuple de droite, nous n’allons pas oublier ni pardonner ces amalgames et ces insultes.

Nous sommes en résistance pour défendre nos valeurs, notre histoire, nos familles. D’un bipède, tu as tenté de me faire passer pour un quadrupède, bien mal t’en a pris.

Au vu des propos de ce clan bien-pensant de Gauche, ils ont oublié l’histoire ou plutôt ont voulu la façonner à leur gré en modifiant son sens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s