Quand la gauche s’exprime outrageusement, c’est la liberté d’expression ; Quand c’est la droite, c’est du fascisme…


images

Qui a dit qu’il y avait des liens de causalité évidents entre les vagues successives d’immigration et la délinquance ? Qui a dit que fermer les yeux sur cette réalité était, au mieux, contre-productif, au pire, une imbécillité ? Cherchez un peu. Marine Le Pen ? Henri Guaino ? Copé ? Fillon ? Un spécialiste des banlieues très marqué à droite ? Non, vous n’y êtes pas.

Il s’agit d’Alain Bauer, un criminologue connu et adoubé. Et joliment orné du ruban rose qui décore ceux qui ont le droit de tout dire, y compris, dans ce cas précis, la vérité. Il a été pendant plusieurs années grand maître du GOF (Grand Orient de France) qui a fourni à la gauche nombre de ses meilleurs cadres. Ce qui lui permet de dire, de façon intelligemment argumentée, la même chose que ce qui a valu au pauvre Zemmour d’être condamné pour incitation à la haine raciale. Il est vrai que Bauer s’est exprimé dans un magazine blasphématoire nommé Valeurs actuelles. Peut-être va-t-on lui enlever son ruban rose…

À gauche donc, on peut donc énoncer des énormités sans s’attirer ni foudres ni excommunication.
Le ministre des Finances a déclaré en substance que les propos et les positions de Jean-François Copé lui rappelaient fâcheusement les ligues fascisantes de 1934. Imaginer le patron de l’UMP – dont le père s’appelait Copelovici – en train de défiler en criant : « Mort aux Juifs ! » ou : « À bas les métèques ! » est pour le moins burlesque. L’imaginer aussi donnant l’assaut au palais Bourbon pour jeter les députés pourris à la Seine constitue un sommet dans le domaine du grotesque. Mais ça ne prête pas qu’à rire, c’est également injurieux et dégueulasse. Mais Michel Sapin est de gauche, et personne n’a rien dit.

Supposons (mais supposons seulement car la droite avec tous ses défauts est relativement bien élevée) que Jean-François Copé ait estimé que les propos de Michel Sapin évoquaient pour lui les procès du bien-aimé camarade Staline. Supposons encore que ce brave Copé ait proféré quelque chose du genre : « Les socialistes avec leurs projets tordus veulent transformer la France en goulag », que n’aurait-on pas entendu !

Publicités

Une réflexion sur “Quand la gauche s’exprime outrageusement, c’est la liberté d’expression ; Quand c’est la droite, c’est du fascisme…

  1. Des affrontements en marge de la manif anti-FN à Rennes le 08 février justifiés par l’idée qu’à gauche on peut s’exprimer sans retenue au nom de la liberté d’expression… avec la complicité de Manuel Valls, des partis politiques, des médias et des CRS ?

    Scènes de guérilla urbaine place Sainte Anne et dans le centre-ville de Rennes :

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s